octobre 2021

23 octobre 1982 - 1ère édition du Festival de cinéma international en Abitibi-Témiscamingue

par Louis Dallaire

Un festival de cinéma à Rouyn-Noranda

Samedi 23 octobre 1982, les 569 sièges du Théâtre du cuivre à Rouyn-Noranda sont tous occupés pour cette première édition du Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue.

Au programme de cette soirée historique, deux courts métrages : 24 K, un film de Yves Fortin, originaire du Témiscamingue et Une mouche à feu, réalisé par deux jeunes cinéastes de la région, Richard Desjardins et Robert Monderie et mettant en vedette Ken Wellingford, un musicien « country » qui se confie et que l'on suit dans ses prestations musicales dans les bars de la région. Pour clore cette soirée mémorable, le Festival attire l'attention au niveau national et international en diffusant, en première nord-américaine le magnifique film Fitzcarraldo, de Werner Herzog.

Le décor du Théâtre du cuivre pour la 39e édition du Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue en 2020.

En 2021, le Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue présentera sa 40 e édition. Acteur majeur dans le développement du secteur de la production cinématographique et des nouveaux médias dans la région, le Festival a développé aux cours des ans une expertise en organisation d'évènements dont ont profité plusieurs autres évènements culturels de Rouyn-Noranda et d'ailleurs au Québec et au pays.

Le Festival du cinéma international et son histoire

Ce festival est l'aboutissement d'une démarche osée et atypique dans une région du Québec. En 1977, André Dudemaine, André David et Martine Sauvageau créent la première Semaine du cinéma régional, qui s'est tenue au mois de novembre à l'ancien Cinéma Rouyn sur la rue Perreault Est à Rouyn-Noranda. Pendant les 3 années suivantes, Jacques Matte reprend le concept et part en tournée annuelle automnale dans la région.

En 1981, Jacques Matte, Louis Dallaire et Guy Parent mettent sur pied la Semaine du jeune cinéma québécois en Abitibi-Témiscamingue et, en 1982, ils décident de lancer un nouvel évènement sur la base d'une rencontre entre le public et les artisans de la production cinématographique régionale, nationale et internationale, rien de moins.

Couverture du dépliant-programme de la 1ère édition du Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue, 23 au 28 octobre 1982.

Le Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue n'a jamais cessé d'évoluer depuis. Répétant ce genre de coup d'éclat d'année en année, l'évènement gagne rapidement en popularité auprès de la presse artistique montréalaise, du milieu du cinéma mais surtout auprès du public. De 2700 personnes en 1982, le public du Festival croit jusqu'à rejoindre annuellement autour de 21 000 personnes. Financé initialement par la vente de la billetterie, d'octrois du député local et de petites commandites, le Festival acquiert progressivement la confiance des commanditaires de la région et de la province. Son budget atteint bientôt les 800 000 $ et est composé d'environ 45% d'octrois gouvernementaux et 45% de commandites, en plus des ventes de billets et de marchandises.

Le foyer du Théâtre du cuivre est le lieu de rencontre des festivaliers après les projections.

Le Festival a aussi initié, entre les parties, la signature de contrat de commandites sur une période de trois ans. Cette façon de faire a officialisé et professionnalisé l'approche entre les commanditaires et le Festival. Bientôt, tous les autres évènements dans la région ont adopté cette méthode qui assure une certaine pérennité aux organisations et sécurise les entreprises et les partenaires dans leurs investissements.

Une précieuse collaboration de la part de plusieurs médias régionaux et nationaux, de journalistes, et de chroniqueurs qui parlent largement de l'évènement et ce, dès les premières heures du Festival. Ils ont cru dans ce festival naissant atypique, car hors des grands centres, et l'ont toujours supporté auprès de leurs auditoires.

Le Festival du cinéma s'installe au Théâtre du cuivre et dans d'autres lieux de Rouyn-Noranda pendant six jours toujours à partir du dernier samedi d'octobre, apportant un vent de renouveau à une période de l'année traditionnellement consacrée aux activités de chasse à l'orignal. Il présente une programmation de près de 150 films comprenant des longs, des moyens et des courts métrages provenant d'une quarantenaire de pays. Il fait particulièrement parler de lui pour sa réputation par un accueil chaleureux, une organisation bien huilée et la proximité entre le public et les artisans du cinéma. Autre particularité, au cours des ans, l'importance portée aux courts métrages dans sa programmation a permis au Festival de développer un créneau particulier et très apprécié par les cinéphiles.

De gauche à droite : Jean-Charles Coutu, un festivalier assidu ; André Melançon, réalisateur du film « Bach et bottine » ; Gilles Carle, réalisateur de « La Guêpe », lors de 5e édition du Festival en 1986.

L'évènement favorise une atmosphère décontractée, où acteurs, réalisateurs, producteurs, distributeurs et le public se côtoient. Près de 4 000 acteurs, réalisateurs et autres professionnels du cinéma ont participé au Festival du cinéma depuis ses débuts : Pierre Richard, Serge Gainsbourg, Margot Kidder, Gilles Carle, Jean-Charles Tacchella, Angela Winkler, Claude Lelouch, Denys Arcand, Philippe de Broca, Bille August, Marie Trintignant, Bill Lee, Denise Robert, Roger Frappier, Sylvie Vartan, Philippe Falardeau, François Girard, Sébastien Pilote, Benoît Pilon, Robert Guédiguian, Robert Ménard, Orlow Seunke, Denis Villeneuve, Pierre Salvadori, Jean-Claude Labrecque, Frédéric Back, Michel Ocelot, Robert Lepage, Olivier Gourmet, Jean-Claude Lauzon, Lisette Marcotte, Jean-Marc Vallée et beaucoup d'autres.

En 2003, Jacqueline Cardinal et Laurent Lapierre des HEC de Montréal publient une étude de cas intitulée Jacques Matte et le Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue.

« Depuis bientôt 21 ans, le Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue (FCIAT) ne cesse d'étonner par ses coups médiatiques. Chaque automne, trois mordus de cinéma, Jacques Matte en tête, organisent à Rouyn-Noranda une grande fête à laquelle ils convient tous les Témiscabitibiens. On y retourne fidèlement, année après année, non seulement pour voir des films en primeur mondiale, mais également pour rencontrer en chair et en os les plus grandes vedettes québécoises et internationales de 7e art. Ce cas relate l'histoire d'un leadership réussi à plusieurs égards... »

Les projections pour les élèves du primaire constituent un volet important du Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue.

Depuis les années 1990, le festival a mis sur pied un programme d'initiation au cinéma dans les écoles de la région, en plus de diversifier ses espaces de projection pour rejoindre des publics spécifiques comme les personnes âgées en résidence. D'autres activités culturelles se développent en marge de l'évènement, faisant du festival un moteur de la scène culturelle régionale.

Avec ses 725 sièges depuis le milieu des années 1980, le Théâtre du cuivre est le principal lieu de diffusion du Festival. Cette salle, qui s'est mérité le prix de la meilleure salle de spectacle au Québec en 1989 et 1999, est équipée pour projeter les œuvres cinématographiques dans leur format original en 35 mm, DCP. Aux cours des éditions, des segments du festival prennent place dans d'autres salles, notamment le Petit Théâtre du vieux Noranda et au Cinéma Paramount de Rouyn-Noranda .

Le Théâtre du cuivre en 2018. TDC-Fanny Hurtubise.

Le Festival du cinéma et ses organisateurs ont remporté 28 prix, mentions et honneurs aux cours des années. Notons, Grand Prix de l'Évènement touristique national aux Grands Prix du tourisme québécois en 1996, les médailles de Chevaliers de l'Ordre de la Pléiade de la Francophonie en 2000, de Citoyens Émérites de la ville de Rouyn-Noranda en 2007, la Médaille de l'Assemblée nationale en 2011 et des Doctorats honoris causa remis par l'Université du Québec, présentée sous l'égide de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) aux trois fondateurs en 2020.

Les trois fondateurs du Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue en 2010 lors de la 29e édition.
Guy Parent, Jacques Matte et Louis Dallaire en 2020 lors de la cérémonie de remise de leurs Doctorats honoris causa de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue.
Le Festival de cinéma, un rôle majeur dans la vie culturelle de Rouyn-Noranda

Bien sûr, le Festival a, aux cours des ans, su développer une expertise en organisation d'évènements et donner confiance à d'autres initiatives. Il a suscité le développement de projets en évènementiel dans la région. Cependant le Festival met aussi chaque année, beaucoup d'énergie pour faire la promotion de la région à l'extérieur. Il n'est pas rare de voir des pages entières dans un quotidien de Montréal et plusieurs ont croisé des pans d'affiches de l'édition présente dans les rues de la métropole. En fait, le Festival a toujours considéré qu'une de ses missions consistait à faire connaitre l'Abitibi-Témiscamingue, ses habitants, son territoire, ses particularités mais aussi son environnement culturel particulièrement bouillonnant.

Le Festival est un acteur majeur dans le développement du secteur de la production cinématographique et des nouveaux médias dans la région. En effet, il est une vitrine importante pour les réalisatrices, les réalisateurs, producteurs et productrices de la région. Notons, les Richard Desjardins, Robert Monderie, Sophie Dupuis, Dominic Leclerc, Martin Guérin, Beatriz Mediavilla, Yves Lafontaine, Louise Girard, Rachelle Roy, Sarah Baril Gaudet, qui ont présenté leurs films sur le grand écran du Théâtre du cuivre. Il est un lieu de diffusion populaire pour les cours en cinéma du CEGEP de l'Abitibi-Témiscamingue et du Baccalauréat en nouveaux médias de l'UQAT.

Le réalisateur Dominic Leclerc (à gauche) et l’acteur/protagoniste Alexandre Castonguay (à droite) reçoivent l’ovation du public à la suite de la projection du documentaire « Les Chiens-Loups » lors de la 38e édition du Festival en 2019.

Les organisateurs jouant le rôle d'hôtes à l'écoute de leurs invités, qui inclut le public local aussi bien que les vedettes internationales, et la qualité de son accueil en font un modèle imité par d'autres festivals, notamment par le recrutement d'une équipe de bénévoles au sein d'un comité d'accueil ayant par la suite servi de modèle ailleurs dans la province et au pays. Des représentants d'évènements cinématographiques de Sudbury, Sept-Îles, Gaspé, Gatineau, Montréal, Québec, Saguenay, etc. sont venus sur place étudier le concept. Plusieurs évènements culturels importants de Rouyn-Noranda comme le Festival des guitares du monde, le Festival de musique émergeante (FME), le Documenteur, Osisko en lumière ont adopté et adapté plusieurs éléments de la recette Festival du cinéma.

Murielle Dutil, comédienne et festivalière assidue au Festival, discute avec le comédien Émile Schneider lors de la première mondiale du film « Le pacte des anges » en soirée d’ouverture lors de la 35e édition en 2016.
Une 40e édition en 2021, une histoire qui continue

En 2019 pour sa 39e édition, malgré la pandémie, le Festival du cinéma a été le seul festival de cinéma au Québec à avoir présenté des films en présence de public et d'invités et parallèlement certains volets en ligne. En 2021, le Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue présentera sa 40ième édition. Ce festival, c'est une histoire de public, de bénévoles, de commanditaires, de réalisatrices et de réalisateurs, d'actrices et d'acteurs, de producteurs et de productrices, de distributeurs de films, de médias, d'une équipe d'employés(e)s dévouée et polyvalente et de toute une région qui l'accompagne.

Principales références

Site web du Festival : www.festivalcinema.ca

Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Festival_du_cinéma_international_en_Abitibi-Témiscamingue

Jacqueline Cardinal et Laurent Lapierre, Jacques Matte et le Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue, HEC Montréal, 2003.

https://evalorix.com/boutique/outils-pedagogiques/etudes-de-cas-en-leadership-et-comportement-organisationnel/jacques-matte-et-le-festival-du-cinema-international-en-abitibi-temiscamingue/

Partager